Tuesday, November 21, 2017
Text Size

Are talking about...

AddThis Social Bookmark Button
Fine Art Italia-Abc Artists Yves Manciet Yves Manciet-On the Roofs of Paris

Yves Manciet-On the Roofs of Paris

This page is optimized for Firefox!

 

...extrait d'environ 350 images sur le théme "Quai de Seine".

This collection is composed of 350 images.

Pre-order special edition for collectors and museums you may request from contact form.

About The Artist...

 

Biographie: Yves Manciet

Yves Manciet, est né en 1925. Après la Seconde Guerre mondiale, où il combat dans la résistance et le maquis, il travaille a Nice  pour un journal local : « L’espoir »  en tant que photographe. En 1946, c’est l’un des six photographes qui « couvrent » le  premier Festival de Cannes, sans se douter de l'énorme succès à venir. De cette première fois Yves Manciet est le seul témoin encore vivant. En 1947  Life Magazine était à la recherche d'un correspondant photo pour le sud de la France et Yves Manciet est choisi par le prestigieux magazine américain. Parmi les centaines de personnes célèbres qu’il rencontre  «Pablo Picasso » devient un ami, il le photographie a plusieurs reprises entre 1947 et 1952. En 1949, il a pu photographier l'atelier du maître à Antibes. Dans les premières années de l’après guerre, l'activité principale du maître était la céramique. En 1949, il s'installe à Paris où il  rencontre Bob Capa et Henri Cartier-Bresson. Bob Capa l’invité à faire partie de l’agence Magnum, mais il refuse, peut-être à cause d’une excessive modestie. Capa a créé une certaine école, une autre façon de montrer la vie et la vérité, surtout dans les théâtres de guerre, Yves Manciet, ayant participé à  la guerre, préférait oublier ses horreurs et aller vers plus de légèreté et de se concentrer sur le côté lumineux de la vie. Fin 1953, il part pour le Brésil où il vit pendant trois ans et travaille pour un magazine, le « Mundo Illustrado » où il dépeint, entre autres, le déclin de la population de l'Amazonie, il vit un certain temps avec une tribu : « Les carajas ». . Il devient, par hasard, la vedette principale d’un film de la Warner : « Amazon trader ».  Il assiste au développement des grandes métropoles d'Amérique du Sud. De retour en France en 1956, il crée, avec Louis Dalmas, l'agence  qui porte le nom de ce dernier, et qui devient la première agence photographique en France. Dans l’agence travaillent également Raymond Depardon (auteur de la photo officielle du Président Hollande), Daniel Angeli, Algret Michel, Marc Morelli. En 1958, il fait partie de « Jours de France», un magazine à grand tirage, devenu très populaire à l'époque. Pendant quelque temps il agit en tant que chef du service photo. En 1964, il devient photographe de plateau dans le cinéma et en 1969 est élu président du syndicat des Techniciens de films. À partir de 1981, devient free-lance pour plusieurs magazines. Sa carrière pourrait entrer dans le Livre Guinness des records, vu que dans sa longue carrière il a amassé 1,7 million (1.700.000) négatifs. Reportage d'acteurs, actrices, artistes divers, de personnalités  ainsi que de personnes « normales ».Il a également travaillé avec des personnages mythiques du cinéma mondial, tel que  Bunuel et beaucoup d'autres. La liste des personnages qu'il a rencontrés est presque comparable à celle de la reine Elizabeth II. ! Churchill, De Gaulle, Mitterrand, Chirac, Chou en Lai, JF Kennedy pour ne citer que quelques caractères de la politique, quant à  Brigitte Bardot, il la connue a dix sept ans... N’oublions pas Romy Schneider, Garbo, Ingrid Bergman, Orson Welles et Alain Delon pour n'en nommer que quelques-uns, N’oublions pas  pour la culture, Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, et même Christian Dior… et ce n’est pas tout…  Mais jamais,, jamais, il n’a fait partie  de la catégorie des « paparazzi » ceci  parce qu'il était avant tout un photojournaliste,tout comme ceux qui ont travaillé avec lui a l’agence Dalmas. Le terme « paparazzi »  est né beaucoup plus tard, en 1960 avec le film "La douceur de vivre "de Frederico Fellini. Les méthodes de travail ont changées avec les modifications des appareils photographiques. Pour ses portraits, contrairement aux paparazzis, Manciet  travaillait souvent avec un objectif de 50 mm de focale, (sur les conseils de Henri Cartier-Bresson, qui lui avait personnellement vendu un objectif). La focale normale, 50 m/m  oblige de travailler à une courte distance, ce qui nécessite d’avoir une relation « normale » avec  les sujets que l’on  photographie.  Il est également évident que la relation entre les photographes et les célébrités dépendent de la longueur de téléobjectif utilisé. Plus il est important et moins il est nécessaire de chercher à un accord.

 

Yves Manciet Copyright

Biografia: Yves Manciet

Yves Manciet, é nato nel 1925. Durante la Seconda Guerra Mondiale é stato nelle schiere del "maquis" la resistenza armata contro i nazisti .Dopo la guerra ha lavorato a Nizza per un quotidiano : «L'espoir» come fotografo. Nel 1946, é uno dei primi sei fotografi a "coprire" il Primo Festival di Cannes, senza immaginare l'enorme successo a venire. Di quella "prima" Yves Manciet é il solo testimone ancora vivo. Nel 1947 Life Magazine cercava un corrispondente per il sud della Francia e Yves Manciet é stato scelto dalla prestigiosa rivista americana. Tra le centinaia di persone che ha incontrato é da notare l'amicizia che si instaurò con Pablo Picasso e che ha seguito dal 1947 al 1952 e fotografato in diverse occasioni. Nel 1949 é stato invitato dal Maestro a fotografare il suo l'atelier del sud della Francia. Nei primi anni dopo la seconda guerra mondiale l'attività principale del maestro era la ceramica. Yves Manciet nel 1949 si trasferisce a Parigi dove incontra Bob Capa e Henri Cartier-Bresson. Bob Capa lo invitò a fare parte de l'agenzia Magnum, lui rifiutò, forse per un eccesso di modestia. Capa era all'origine di una certa scuola fotografica, un'altro modo di illustrare la vita e la verità e sopratutto gli orrori della guerra e Yves Manciet avendovi partecipato alla guerra preferì passare oltre e scelse la leggerezza e si concentrò sul lato positivo della vita. Fine 1953, partì per il Brasile dove visse per tre anni e lavorò per il «Mundo Illustrado» e dove ha vissuto in prima persona il declino delle popolazioni della foresta amazzonica, ha inoltre vissuto con il popolo dei «Carajas». Per un caso di buffe circonstanze diventò l'attore principale d'un film della Warner: «Amazon trader». Assistette anche allo sviluppo delle grandi metropoli del Sud America. Nel 1956 di ritornò in Francia ,creò con Louis Dalmas l'agenzia  Dalmas che diventò la prima agenzia fotografica in Francia. Nell'agenzia vi hanno inoltre lavorato Raymond Depardon (autore della foto ufficiale del Presidente Francese Hollande), Daniel Angeli, Algret Michel, Marc Morelli. Nel 1958, entrò a «Jours de France», una rivista molto popolare a quell'epoca. Per un certo periodo lavoro' come capo del reparto immagini della rivista. Nel 1964, divientò fotografo per il cinema e nel 1969 fu eletto presidente del sindacato dei tecnici cinematografici francesi. Dal 1981, divento free-lance per diverse riviste. La sua é una carriera da Guinnes dei record come anche i suoi archivi nella sua lunga carriera  ha accumulato 1.700.000 (un milione e settecento mila) negativi. Reportage di attori, attrici, artisti, politici di spicco come anche gente normale. Ha anche lavorato con personaggi storici del cinema mondiale come Bunuel e tanti altri. La lista dei personaggi che ha incontrato é quasi comparabile a quella della regina Elisabeth II. Da Churchill a De Gaulle, Mitterrand, Chirac, Chou en lai, J.F.  Kennedy per citare qualche personaggio della politica e da Brigitte Bardot, Romy Schneider alla Garbo, Ingrid Bergman e  Orson Welles,  Alain Delon per citarne qualcuno del cinema, per non dimenticare Jean Paul Sartre e Simone de Beauvoir per la cultura e ancora Christian Dior e potrei continuare ancora... Ma mai e poi mai ha fatto parte della categoria  dei paparazzi perché era un fotoreporter e anche gli altri che hanno lavorato con lui nella stessa agenzia Dalmas. Il termine "paparazzo" é nato molto piu' tardi nel  1960 ufficialmente con il  film "La dolce vita" di Federico Fellini. I metodi di ripresa fotografica erano diversi e cambiarono con il cambiare delle attrezzature fotografiche. I suoi portrait non sono aggressivi come quelli dei paparazzi. Lavorava con focali  da 50 mm (che Henry Cartier-Bresson gli consigliò di acquistare e gli vendette personalmente). Le piccole  focali costringevano una distanza ravvicinata dai soggetti da fotografare ed é anche vero che i rapporti tra i fotografi e personaggi celebri si sono inaspriti con l'allungarsi dei teleobbiettivi. Più si allungavano i tele obbiettivi e meno era necessario chiedere un'accordo ed é per questa ragione che la stampa é diventata quello che é tutt'ora molto trash sino a simulare i falsi reportage con fotografi semi nascosti nei cespugli per dare una tinta di sorpresa e allo stesso tempo di "paparazzate".

Massimo Capodieci Copyright

The Movies with Yves Manciet As Stills Photographer-Fotografo di scena

Alcuni film alla quale ha lavorato come fotografo di scena

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Two for the road, de Stanley Donen, avec Audrey Hepburn et Albert Finney

 

The Kremlin letter, de John Huston, avec Bibi Anderson, Richard Boone, Dean Jagger

 

Le charme discret de le Bourgeoisie, de Bunuel avec Fernando Rey, Paul Frankeur, Delphine Seyrig

 

Staircase, de Stanley Donen, avec Richard Burton et Rex Harisson

 

Une femme fidèle, de Vadim, avec Jon Finch, Sylvia Kristel, Nathalie Delon

 

La jeune fille assassinée, de Vadim, avec Roger Vadim, Sirpa Lane, Mathieu Carrière

 

Hellé, de Vadim, avec Gwen Welles, Jean-Claude Bouillon, Didier Haudepin, Bruno Pradal

 

Je vous salue mafia, de Raoul Levy, avec Eddie Constantine, Henry Silva

 

L’espion, de Raoul Levy, avec Montgomery Clift, Hardy Krüger

 

Le lien de sang, de Chabrol, avec Donald Sutherland, Aude Landry

 

L’étoile du Sud, de Sydney Hayers, avec George Segal Orson Wellles et Ursula Andress

 

L’héritier, de Philippe Labro, avec Jean-Paul Belmondo, Carla Gravina, Jean Rochefort

 

Le concierge, de Jean Girault, avec Daniel Ceccaldi, Michel Galabru

 

Il faut vivre dangereusement, 1975, Claude Makovski, avec Claude Brasseur, Annie Girardot, Sydne Rome

 

 

 

E molti altri della quale non ha più traccia...

Interview de Caroline Gautron avec Yves Manciet

Pionnier de la photographie, Yves Manciet a immortalisé la plupart des personnalités politiques et artistiques lors de sa longue carrière qu’il a débutée en 1946. Présent partout où l’actualité le conduisait, il a parcouru le monde entier, de la Norvège jusqu’à l’Amazonie. Il fut parmi les six photographes accrédités au premier Festival de Cannes en 1946. Agé de 90 ans Il est aujourd’hui sans doute le seul à pouvoir raconter cet événement. Cependant, cet ami de Henri Cartier-Bresson et de Capa, le légendaire et célébrissime photographe, demeure inconnu des médias. Et pour cause, l’homme aux deux millions de négatifs, comme il l’admet lui-même, n’a jamais su se mettre en lumière. Alors que sa carrière est désormais derrière lui, il s’est enfin décidé à sortir de l’ombre. L’exposition qui sera dédiée à Yves Manciet, à partir de Septembre à la Base Sous-Marine de Bordeaux constitue une belle occasion de rendre hommage à ce photographe trop discret. Nous l’avons rencontré avant cet événement. Entretien.

 

 

 

 

Que représente pour vous l’exposition qui aura lieu en Septembre à Bordeaux? Peut-on espérer une autre exposition à Paris ?

 

 

 

L’exposition de Bordeaux représente évidemment beaucoup pour moi. Tout d’abord, j’éprouve beaucoup de plaisir à voir, très bien tirés et en grand format, des clichés dont certains sont très anciens. D’une certaine façon en effet, ces photos sont mes enfants, souvent perdus depuis longtemps. Cette exposition me permet également d’effectuer un retour en arrière, de revivre en partie des années disparues. Dans la mesure où je crois que je suis un bon photographe, que l’on apprécie mes œuvres est un plaisir en soi. Je n’ai jamais eu le talent de me mettre en avant, par timidité peut-être, par indifférence aux compliments aussi. Cependant, maintenant que je suis à la fin de ma vie, une vie très remplie, je suis sincèrement heureux qu’on vienne vers moi en me disant: «Pas mal, pas mal...».

 

J’ai été une sorte de condensé de la profession de reporter photographe : j’ai commencé en 1946 alors qu’il y avait fort peu de photographes et qu’ils étaient mal considérés. Je termine ma carrière alors que le reportage change au point que je ne le reconnais plus. Ce métier m’a apporté beaucoup, beaucoup de joies, de plaisir, de découvertes et d’intérêt mais peu d’argent, hélas...

 

 

 

Quels souvenirs gardez-vous des années 1950?

 

 

 

Je garde d’excellents souvenirs de cette époque dont j'ai photographié tous les gens importants. Bien sûr, il y a eu le père De Gaulle. Comme j’avais fait la résistance et le maquis, il était pour moi le symbole de la France. Le 14 juillet 58, il est allé voir la flotte à Toulon. Moi je travaillais alors pour Jours de France et j'étais sur le bateau qui l'emportait. A un moment, on a entendu une grosse déflagration, un avion qui passait le mur du son. De Gaulle m'a fait signe d'approcher et une fois près de lui il m'a dit: "Vous entendez, Manciet, c'est un avion de votre patron qui passe le mur du son", avant de reprendre ses jumelles. Le lendemain je suis allé à la cellule presse de l'Elysée où travaillait un ancien du journal pour lui raconter cette histoire. De Gaulle connaissait mon nom! Le collègue a rigolé et m'a dit que "le patron" avait voulu tout savoir sur les rares photographes qui devaient être sur le bateau. En lui montrant ma photo, on lui avait parlé de mon parcours de guerre. De Gaulle aurait hoché la tête en disant : "ça va, celui-là est un des miens".

 

Je l'avais revu en décembre pour le Noël des enfants de l'Elysée. Alors que je me trouvais avec trois autres photographes il nous a croisé et a dit "Bonjour Manciet", et il est passé. Les trois confrères n'en sont pas revenus et moi non plus!

 

 

 

Pouvez-vous nous raconter le premier Festival de Cannes?

 

 

 

A l’époque, je travaillais pour le quotidien L’Espoir de Nice et de Sud Est.

 

Un matin, le rédacteur en chef, m’a dit : «Je crois qu’il y a quelque chose sur le cinéma à Cannes. Vas-y, fais des photos si cela vaut la peine et dis-moi si je dois envoyer un rédacteur». Ce premier festival de 1946 n’a pas eu beaucoup d’éclat et c’est à peine si on en a parlé dans la presse. Nous n’étions que six photographes. J’étais le plus jeune et je suis d’ailleurs le seul qu’il reste.

 

En 1947, c’était autre chose : beaucoup d’artistes étaient là et comme nous étions très peu nombreux, les relations entre photographes étaient excellentes. Les paparazzis n’existaient pas. Le mot d’ailleurs n’avait pas encore été inventé. Comme nous avions tous le même appareil, un Rolleiflex et que pour faire des photos, nous devions nous approcher d’un mètre, nous étions tous très polis et amicaux. Tous les artistes étaient alors sur la plage du Carlton et les Cannois n’osaient pas les déranger. Le palais du Festival était construit et nous passions des heures dans ses entrailles. Quand il y avait une fête quelque part une ou deux tables nous étaient réservées et notre appareil avec flash était notre laisser-passer!

 

C’était le bon temps... La dernière fois que j’y suis allé, pour le cinquantième anniversaire, Paris-Match m’avait envoyé mais nous étions, je crois, deux cent quarante photographes accrédités, sans compter les autres. Comment travailler?

 

 

 

Vous voulez dire qu’à l’époque vous vous situiez à l’opposé de la photographie actuelle des paparazzis ?

 

 

 

Je trouve que le travail des paparazzis n’a absolument aucun intérêt et je ne voudrais pas de l’argent qu’ils gagnent de cette façon : avoir l'accord des personnes photographiées me paraît indispensable. Quand on fait un reportage quand il se passe un événement particulier, on ne va pas demander l'autorisation des gens qu'on photographie car cela n’est pas possible. Cependant, quand on fait des gros plans sur tel ou tel célébrité, j'estime que la moindre des choses c'est de demander. Le métier de photographe était beaucoup plus agréable à l’époque qu'il ne l'est maintenant car aujourd’hui, il y a beaucoup trop de monde sur le marché. Tout le monde a un appareil photo, ce qui a tué le reportage et c’est bien dommage!

 

 

 

Vous avez également photographié de nombreuses personnalités du cinéma... Quels souvenirs en gardez-vous ?

 

 

 

Pendant longtemps j'ai été photographe de plateau dans le cinéma donc j'ai connu toutes les vedettes d'une façon tout à fait professionnelle. Les rapports avec les acteurs étaient souvent très amicaux. Ils me faisaient confiance, donc j'avais accès à beaucoup de choses qu'il serait extrêmement difficile d'obtenir maintenant. J’ai par exemple connu Brigitte Bardot lorsqu’elle avait à peine 17 ans. La première fois que je l’ai rencontrée, elle était chez mon pote Vadim. Elle était alors dans la fraicheur extrême de sa toute jeunesse. Elle était très belle et très rigolote, toujours prête à rire et à plaisanter. Ce qui m'a frappé, à ce moment-là c'était d'une part sa grande gentillesse et d'autre part son amour de la vie, de tous les aspects de la vie qu'elle découvrait alors avec mon ami Vadim.

 

 

 

Comment avez-vous rencontré Robert Capa, le fondateur de l’agence Magnum?

 

 

 

J'ai rencontré Capa en Norvège alors que nous faisions tous deux un reportage sur les pêcheurs des iles Lofoten. Il était comme moi passager sur le "Haakon Iarl". Nous avons échangé sur notre métier, bien sûr, mais nous avons aussi beaucoup parlé de la guerre. Nous somme rapidement devenus amis. Il est vrai que nous avions bien des choses en commun et entre autres, le fait d’être Juif. Il a insisté pour que j'entre à Magnum alors que cela ne me disait rien car je ne me sentais pas à la hauteur.

 

A Magnum j'étais copain avec des gens comme Cartier-Bresson, un type d'une très grande gentillesse, ou Doisneau mais je ne me sentais pas vraiment dans mon élément : les autres photographes étaient des gens très célèbres et moi qui, à tort peut-être, n’ai jamais aimé me mettre en avant, je ne l'étais pas...

 

Je n'ai presque rien produit lorsque j’étais à Magnum. J’ai surtout bavardé avec des photographes! Cartier-Bresson m’avait vendu un objectif 35 mm de la marque Zeiss en me recommandant de ne jamais m'en servir. Pourquoi? Parce que d’après lui, il fallait tout faire avec le 50 mm et il avait en grande partie raison!

 

Peut-être aurais-je dû rester faire mon trou chez Magnum mais toujours est-il que j’ai décidé de partir au Brésil. Capa m’avait proposé qu’on travaille ensemble à son retour d’Indochine car il voulait en finir avec le reportage de guerre. C'est lui qui m'avait offert de travailler avec lui, vous pensez bien que je n'avais pas demandé. On ne demandait pas à Capa mais il offrait volontiers car c'était un homme absolument adorable, d'une très grande gentillesse.

 

A son offre de collaboration, j’ai dit «Youpi!» mais finalement, l’Indochine a été son dernier reportage. (Capa a sauté sur une mine anti-personnel en Indochine, en 1954). Capa était pour moi un ami très cher...

 

 

 

Quel regard rétrospectif portez-vous sur votre travail?

 

 

 

J'estime qu'un reporter photographe est un historien au quotidien et je me considère comme un historien amateur. Je me suis toujours intéressé à l'histoire des civilisations passées, perdues ou même à notre histoire qui remonte à un, trois ou quatre siècles.

 

En photographiant De Gaulle, Eisenhower, Kennedy, Churchill, Franco et les autres, j’ai surtout été un témoin de l'Histoire. Je n’ai d’ailleurs jamais eu conscience de la valeur de mes photographies et je n’en ai toujours pas conscience maintenant.

 

Pour moi chaque photo est un enfant. C'est quelque chose que j'aime, alors, quand on me dit « Ah oui! C'est un document historique! » je dis bon très bien youpi! (rires). Pourquoi en serais-je fier? J'ai fait mon boulot c'est tout! Je n’ai aucune raison d’être fier pour le simple fait d’avoir été présent, comme d’autres correspondants, à un moment qu’on considère aujourd’hui comme historique. Etre fier parce qu’une photo est bonne c’est autre chose...

 

 

 

Quelles sont, selon vous, vos meilleures photos?

 

 

 

J'ai pris un certain nombre de bonnes photos, maintenant quelles sont les meilleures.... Chaque photo représente pour moi un souvenir. Il est donc difficile d’être objectif. C’est la raison pour laquelle je préfère que ce soit les autres qui décident. J'ai bien entendu mes critères pour juger de la qualité d'une photo car c'est en fonction d'eux que je photographie mais ce sont des critères qui me sont personnels. Je les garde pour moi. Il y a une photo qui est devenue célèbre après avoir été publiée dans le monde entier et qui pour moi sort vraiment du lot. Il s’agit d’une photo de Franco mesurant une portion du globe terrestre, à l’image de Chaplin dans Le Dictateur. Et ce crétin-là qui était gâteux me l'avait lui-même demandée! C'est la photo qui m'amuse le plus...

 

Je suis aujourd’hui un très vieux monsieur. Maintenant que ma vie est derrière moi, je suis content de ce que j'ai fait. Je suis heureux de ce que j'ai fait car la photographie est toujours une passion. J'ai fait ce que j'ai dû faire, ce que j'ai voulu faire sans chercher à faire autre chose qu'en retirer du plaisir...

 

Propos recueillis par Caroline Gautron®

 

 

 

 

 


 


Yves Manciet ou une vie en cinémascope

Yves Manciet ou une vie en cinémascope

Le Bordelais est le dernier photographe vivant à avoir immortalisé le premier festival en 1946. Cette année-là, ils n'étaient que six sur les pas des stars de la Croisette.

 Yves Manciet.  PHOTO PHILIPPE TARIS

Yves Manciet. PHOTO PHILIPPE TARIS

 

Cannes 1946, première ! On ne croit pas si bien dire. En cette année d'après-guerre est lancé le festival, dont la 64e édition commence ce mercredi. À cette époque-là, la Palme d'or n'existe pas encore, mais « La Bataille du rail », de René Clément, se taille un beau succès, Michèle Morgan obtient le Grand Prix international d'interprétation féminine dans « La Symphonie pastorale », de Jean Delannoy, et Ray Milland la récompense masculine pour « Le Week-end perdu », de Billy Wilder. « La Belle et la Bête », de Jean Cocteau, est également en compétition face à une armada de Roumains, Tchécoslovaques, Danois, Égyptiens, Suisses… Les présences d'Alfred Hitchcock avec « Notorious » et de Roberto Rosselini avec « Rome, ville ouverte » ne passent pas non plus inaperçues.

Parmi toutes ces vedettes qui se prélassent sur la plage du Carlton, un jeune homme de 21 ans, ancien maquisard et résistant, est l'objet de quelques attentions. Pas parce qu'il brûle les planches ou les plateaux mais parce qu'il porte un Rolleiflex en bandoulière. Ce n'est pas si courant. Il s'appelle Yves Manciet et ne compte que cinq collègues photographes sur la promenade.

 

Lui est pigiste frais émoulu à « L'Espoir de Nice ». Une photographie d'artificiers faisant exploser une mine dans le port de Nice a attiré l'attention du rédacteur en chef, un certain Benay, qui la lui a achetée 5 francs. « Allez donc faire un tour du côté de Cannes. Un festival de cinéma commence le 14 septembre, et vous nous direz ce que cela vaut », lui propose le chef de la rédaction. C'est le début d'une carrière qui affiche 69 ans sur le boulier.

Anecdotes

« Les temps ont bien changé. Ce sont les vedettes qui nous interpellaient pour leur tirer le portrait. Les gros plans avec Rolleiflex nécessitent que l'on soit à quelques centimètres du modèle. Alors, effectivement, j'ai fréquenté des stars de très, très près », s'amuse le baroudeur, dans son modeste appartement de Bergerac, où il a élu domicile il y a trois ans.

De 1946 à 1950, Yves Manciet va témoigner en images de présences aujourd'hui mythiques. Parmi les chères disparues, sur la plage, sous le soleil et les palmiers, on croise Odile Versois, Jacqueline Gauthier, Louise Carletti, Michèle Morgan, Marcelle Derrien, Martine Carol, Renée Saint Cyr, Simone Renant, Suzy Carrier… Chez la gent masculine, Yves Montand, Erich Von Stroheim, Charles Vanel et René Clément sont de la première édition. Orson Welles, Gary Cooper et Gregory Peck viendront juste après, alors que le Palais du festival vient d'être édifié en 1947.

Le jeune photographe n'en rate pas une. Les débuts des starlettes et du bikini sont dans la boîte. Les people d'antan aussi. Jean-Paul Sartre marchant sur le tapis rouge en slip de bain vaut le coup d'œil. Charles Trenet dans une sublime décapotable en met plein la vue. Maurice Chevalier et Vincent Scotto faisant copain copain engendrent la mélancolie. Picasso, torse nu, discutant avec le metteur en scène Pierre Blanchar, n'est pas mal non plus.

« La première fois que j'ai photographié Picasso, c'était à Golfe-Juan. Je l'ai croisé par hasard, et il a joué le jeu. Le lendemain, j'étais chez lui avec les clichés. Pour me remercier, il a fait mon portrait et je ne l'ai pas pris », raconte Yves Manciet en se mordant les doigts. Le Bordelais de naissance (« au 66, rue des Remparts, 3e étage ») a de qui tenir. Son père Charles, conservateur et peintre ayant un temps travaillé avec Matisse au Bateau-Lavoir, avait refusé les toiles que le maître du fauvisme lui offrait.

Les anecdotes pullulent dans cet esprit que 86 ans d'existence n'ont pas embrumé. Elles ont souvent trait au cinéma. Manciet, sur la lancée de cette expérience avec les acteurs, devient photographe de plateau. Roger Vadim est alors son meilleur ami. Il l'a rencontré dans le Grand Nord suédois en lui proposant une partie de chasse à la baleine. Souvenir : « C'est grâce à lui que j'ai croisé Brigitte (Bardot). Elle avait 17 ans. Je l'ai ensuite photographiée à de multiples reprises. Elle m'écrit toujours. »

Intarissable et enjoué, il raconte ses repas avec Luis Buñuel, qui ne cessait de l'asticoter, la gentillesse extrême et l'intelligence de Bourvil, Raimu lui refusant le rôle de l'innocent dans « L'Arlésienne » parce qu'il « n'avé pas l'assent ».

Le fait d'avoir été choisi par défaut comme acteur principal pour « Amazon Trade », un navet hollywoodien d'envergure, ne changera pas sa carrière. Yves Manciet est reporter photographe jusqu'au bout des doigts.

« Je compte bien travailler jusqu'à 90 ans. Actuellement, je passe quatre à cinq heures par jour à sauver mes négatifs. J'en ai recensé 1 million 700 000. » Ses clichés de dix Festivals de Cannes n'en représentent qu'une infime partie. Lui qui a participé à la création de Dalmas, la première agence photographique française, a beaucoup bourlingué et gardé la nostalgie des années Saint-Germain-des-Prés.

Pour raconter tout cela, il exposera ses années 50 en septembre, à la base sous-marine de Bordeaux. Il espère pouvoir se réinstaller dans la ville qui l'a vu naître pour échapper à cette solitude qui maintenant lui pèse. Les jolies filles de Cannes et d'ailleurs, c'est du passé. Heureusement qu'il les a figées.

Jacky Sanudo©

Books by Yves Manciet

Rating

0.0/5 rating (0 votes)

  • AddThis: Bookmark and Share