Tuesday, November 21, 2017
Text Size

Are talking about...

AddThis Social Bookmark Button

Henri Hatwell

 

Henri Hatwell est né en Égypte où il passe son enfance et son adolescence.
Il vit ensuite en Suisse où il entreprend des études à l’école polytechnique fédérale, puis à Paris, où il obtient un doctorat en sciences physiques. Parallèlement à ses hautes études scientifiques, il suit les cours libres de peinture, dessin et sculpture de l’Académie de la grande Chaumière à Paris, et de l’Académie Julian, car l’art fait partie de sa vie et il a toujours souhaité, contre l’avis de ses parents, s’y consacrer pleinement. Il passe 12 ans en Belgique, puis plusieurs années aux États-Unis, à New-York, à l’époque du courant artistique de l’expressionnisme abstrait (cf encadré page suivante).Lorsqu’il s’installe à Châteauvieux et à Paris en 1982, il est sans cesse en transit entre les États-Unis et la France.

 

Henri Hatwell a débuté, comme tant d’autres, par peindre des natures mortes et des paysages. Ayant vécu aux États-Unis pendant la grande vague de l’expressionnisme abstrait (il a d’ailleurs rencontré quelques-uns de ses représentants comme Marc Rothko), ses toiles cherchent dorénavant à provoquer des sensations plus que du sens : « Seules les sensations sont importantes. C’est pourquoi je refuse, comme presque tous les peintres abstraits, de donner des titres à mes toiles. Pour ne pas influencer l’imaginaire », déclare-t-il à propos de son travail en 1994. L’artiste affectionne la peinture en tant que médium, et sa principale préoccupation est de réaliser du nouveau dans ce domaine, notamment depuis l’invention de la photographie qui a amorcé, selon lui, sa fin. Alors l’artiste s’est mis à créer avec les nouvelles technologies pour mieux les « contrer ». C’est ainsi qu’il conçoit désormais ses oeuvres sur ordinateur, avec le logiciel Photoshop, bien connu des graphistes, qui permet de travailler les photographies, et grâce à des logiciels qu’il invente luimême. Le clavier et l’écran ont ainsi remplacé le crayon et le papier. Ces nouvelles techniques lui permettent une plus grande préparation de ses toiles en réalisant un très grand nombre de croquis, et donc à les perfectionner. Une fois réalisée la maquette, il la transpose sur la toile et là débute un long travail, car les toiles de cet artiste sont comme des tissus, de grands patchworks tout en détails, en finesse, en creux et en reliefs.. Un autre apport, inattendu pour l’artiste, est celui du figuratif. L’artiste considère en effet que comme les techniques numériques proviennent de la photographie, la figure humaine, le portrait, la représentation se sont imposés d’eux-mêmes. C’est ainsi qu’Henri Hatwell est passé de l’abstraction à la figuration, par la technique et sans le vouloir. Toute la question pour lui est comment rester peintre en utilisant le numérique ?

 

L'expressionnisme abstrait est un courant artistique qui s'est développé peu après la Seconde Guerre mondiale et qui consiste à retranscrire ses pensées et ses sentiments avec des formes abstraites et des couleurs très variées. Le mouvement est né à New York vers 1946 et a perduré principale- ment aux États-Unis jusqu'à 1970. Il se divise en deux tendances principales : « l'action Painting » et « le Colorfield Painting ». Dans le premier, l'idée est de donner de l'importance à la texture et à la matière, ainsi qu'aux gestes de l'artiste. Dans le second, c'est l'unification des couleurs et des formes qui est la plus importante.
Quelques artistes de ce mouvement : Willem de Kooning, Marc Rothko, Robert Rauschenberg, Jackson Pollock, Barnet Newman...

 

For collectors or museums you may request from contact form

Rating

5.0/5 rating (3 votes)